Revue n°4: The Perks of Being a Wallflower |Stephen CHBOSKY |Lecture V.O

61t67Xhl2CL._SX321_BO1,204,203,200_

Editeur: Pocket Books

232 pages

7£99

Année de publication: 1999

Titre en français: Le monde de Charlie

Synopsis

« I walk around the school hallways and look at the people. I look at the teachers and wonder why they’re here. Not in a mean way. In a curious way. It’s like looking at all the students and wondering who’s had their heart broken that day…or wondering who did the heart breaking and wondering why. »

Charlie is a freshman. And while he’s not the biggest geek in the school, he is by no means popular. Shy, introspective, intelligent beyond his years yet socially awkward, he is a wallflower, caught between trying to live his life and trying to run from it. Charlie is attempting to navigate his way through uncharted territory: the world of first dates and mixed tapes, family dramas and new friends; the world of sex, drugs, and The Rocky Horror Picture Show, when all one requires is that perfect song on that perfect drive to feel infinite. But Charlie can’t stay on the sideline forever. Standing on the fringes of life offers a unique perspective. But there comes a time to see what it looks like from the dance floor.

Mon avis

Ce livre fait partie de ceux que j’ai lu après avoir vu le film ce qui n’est pas toujours la meilleure des idées. Mais là je dois avouer que je n’ai pas été déçue un seul instant. J’avais adoré le film qui fait partie de mon top 3 et j’ai tout autant aimé le livre. The Perks of Being a Wallflower est écrit sous la forme d’un journal. Charlie, un adolescent y raconte sa première année de lycée et je crois que je ne me suis jamais autant identifiée à une histoire. Parce que c’est bien beau les années lycées à la High School Musical mais bon dans la vraie vie, c’est très loin d’être ça. Et c’est justement ce qui est dépeint dans ce livre. Bien sûr on y retrouve les groupes habituels: celui des sportifs, des intellos, des geeks,… Et il y a celui de Charlie, celui des laissé pour comptes. Ceux qui sont un peu à part, un peu différent. Qui ne se mêle à aucun des autres groupes. Ceux qui sont en marge, solitaires… Et c’est de ce point de vue que Charlie nous raconte sa vie. Il nous fait part des moqueries dont il est victime, puisque c’est un bon élève même s’il tâche de ne pas vraiment le montrer, nous parle de sa vie, de sa passion pour la littérature et l’écriture, de sa famille, de ses premiers émois, de son passé plutôt difficile… Je me suis énormément retrouvée dans sa façon de voir les choses, de se sentir un peu à l’écart. Et puis il y a quelque chose d’attachant chez lui. Il est timide, n’ose pas vraiment aller vers les autres, en partie à cause de certains événements de son passé, puis un jour il fait la rencontre de Sam et Patrick, eux aussi un peu en marge. J’ai beaucoup aimé ces deux personnages. Ils sont pleins de vie et ne se préoccupent pas du regard des autres. Ils vivent leur vie à fond et n’hésitent pas à entraîner Charlie avec eux pour le sortir de son quotidien et de sa morosité habituelle. La folie de Patrick m’a beaucoup fait rire, quant à Sam j’ai adoré son côté très indépendant mais aussi la fragilité qu’elle laisse parfois apparaître. Avec eux Charlie va vivre ses premières soirées, ses premières virées nocturnes en voiture mais aussi sa première histoire d’amour avec tout ce que cela comporte: le désir, la peur, la déception, les blessures, la désillusion, l’espoir…

Ce roman est un hymne à l’adolescence. A tous ces doutes, toutes ces peurs, qui nous assaillent. De nombreux thèmes y sont ainsi abordés: les premiers amours, l’homosexualité, l’acceptation de soi, le regard des autres, la peur de la différence, les faux-semblants, les abus à tous les niveaux (drogue, alcool, sexe, violence…), le suicide, la dépression… J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur avait abordé tout cela, sans tabou certes mais sans rentrer dans le morbide non plus. Il ne verse pas non plus dans le déprimant. Toutes les émotions sont dépeintes avec énormément de justesse, à tel point que j’ai eu l’impression de ressentir chacune d’entre elles au travers de Charlie, Sam, Patrick et les autres.

Un autre point que j’ai adoré dans ce livre c’est le rapport à la culture que ça soit au travers des nombreux livres évoqués ou à toutes les références à la musique, notamment au rock. Je sais que ce n’est qu’un détail mais pour moi qui adore la musique autant que la lecture, cela à apporter un petit plus intéressant.

La seule chose qui m’a un peu dérangé dans le livre ce sont des passages parfois un peu long et pas forcément utiles ainsi que certaines répétitions. Mais cela n’a en rien gâché mon plaisir puisque tout est très bien ficelé du début à la fin. La chute est vraiment bien trouvée, je n’ai pas eu un sentiment d’inachevée comme cela arrive parfois. C’est une fin ouverte, mais sans être trop facile.

Je recommande donc vivement ce livre qui pour moi est un coup de cœur. N’ayant lu que la version originale je ne sais pas ce que vaux la traduction mais pour ceux qui sont intéressés pour le lire en anglais, le niveau est intermédiaire, et cela ne devrait pas poser de problèmes si votre anglais est correct.

Sur ce, je vous dis à bientôt pour une nouvelle revue!

Em’.

Publicités

2 réflexions sur “Revue n°4: The Perks of Being a Wallflower |Stephen CHBOSKY |Lecture V.O

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s